Qu’est-ce qu’un « salut républicain »?

Dimanche 6 mai 2012. Un peu après 20h. Sur le plateau de TF1, Rachida Dati transmet un « salut républicain » au candidat victorieux François Hollande. Quelques instants plus tard, à Tulle, le même François Hollande adresse également « un salut républicain à Nicolas Sarkozy qui a dirigé la France pendant 5 ans et qui mérite à ce titre tout [notre] respect ».

Pourquoi ces deux personnalités politiques ne se contentent-elles pas de saluer tout court leur adversaire ? Pourquoi se sentent-elles obligées de qualifier leur geste de « républicain » ?

Ici, l’adjectif ne désigne pas ce qui est relatif ou favorable à la République, comme dans « régime républicain » ou « esprit républicain ». Il ne s’agit pas non plus d’une référence au « salut républicain » pratiqué dans les années trente, bras plié et poing levé, par opposition au salut fasciste. Il sert uniquement à insister sur la magnanimité de celui qui salue l’ennemi. Au fond, on pourrait aussi bien parler d’un salut fair-play. Car rendre hommage à celui qu’on a combattu, sans plus de précision, pourrait apparaître comme l’aveu d’une faiblesse. Heureusement que le ridicule ne tue pas.

Lire la suite