L’hom de lettres

Plus sexy que l’habit vert, mais tout de même!

Publicités

La règle « sans + nom »… sans peine et sans pleurs !

Le nom qui suit la préposition « sans » doit-il être au singulier ou au pluriel ? Puisque « sans » indique l’absence, la logique voudrait qu’on emploie le singulier, mais le pluriel est tout aussi fréquent. Un vrai casse-tête qui mérite d’être tranché une bonne fois pour toutes.

1) Si le nom exprime il une réalité abstraite (ou une réalité concrète que l’on ne peut compter), il est au singulier.

un-monde-sans-eau-

Lire la suite

Le latin, parce que vous le valez bien ! (suite et fin)

Souvenez-vous, dans un précédent billet, je faisais l’inventaire des marques aux noms latins ou dérivés du latin. Et Dieu sait si elles étaient nombreuses ! Pour autant, il ne faudrait pas tomber dans l’excès inverse et croire que toutes les marques finissant en -us ou en -ex sont d’origine latine ! Il était donc indispensable de dresser la liste de ces faux-amis, c’est-à-dire ces mots qui ont tout l’air d’être latins, mais qui ne sont pas latins…

9h30 – Le réveil de Caroline sonne (elle est en RTT aujourd’hui). Une fois levée, elle se prend les pieds dans les LEGO (contraction du danois legodt, « joue bien »[1]) de son fils qui jonchent le tapis.

10h30 – Après avoir pris son petit déjeuner, Caroline fait la vaisselle à l’aide de son éponge SPONTEX (contraction de spongieux et textile), puis fait tourner une machine avec OMO (acronyme anglais de Old Mother Owl, « vieille maman chouette »).[2]

11h45- Caroline a la flemme de préparer le repas. Ce sera des bâtonnets de poisson FINDUS (contraction du suédois Frukt – Industrin, société de conserves de fruits et légumes) pour tout le monde !

15h – Après déjeuner, Caroline s’habille, met sa ROLEX (anagramme partielle d’horlogerie exquise) et chausse ses escarpins ERAM (composé des deux premières lettres inversées de Re et Marie, prénoms du fondateur et de son épouse).[3]

16h- Sur le chemin, elle passe devant une publicité pour les préservatifs DUREX, contraction de l’anglais Durability, Reliability, Excellence. Son concurrent est MANIX, nom créé en référence à la série américaine Mannix.

18h- Caroline récupère sa fille à la crèche et lui donne son bain avec des produits CADUM, initialement formulés à base d’huile de Cade, appellation provençale d’un genévrier du midi.

Publicite affiche ancienne Cadum

Source : Jean Watin-Augouard, Histoire de marques, Eyrolles, 2006

[1] La marque renvoie aussi – mais est-ce volontaire ? – au latin lego, « j’étudie, j’assemble ».

[2] Attention, en latin homo prend un « h » !

[3] Il se trouve qu’eram signifie aussi « j’étais » en latin. Mais ce n’est que pure coïncidence.

Le petit « Sepho » illustré : plumes sensibles s’abstenir !

Quand Sephora décide de mettre des barbarismes à l’honneur sur ses nouvelles affiches psychédéliques, ça donne ça :

affiche pub sephora glamourisme

À  la fois nom et adjectif, « glamour » ne suffisait donc pas ? Il faut croire que non : « glamour » est le titre d’au moins un magazine et deux films. Et « glamourous » ? Déjà pris ! Et « glamoureux » (« qui est glamour », Le nouveau Littré) ? Trop ringard ! Bon, ben, « glamourisme » alors !

Lire la suite

RIP, Soulier !

Si vous vous rendez aux Galeries Lafayette boulevard Haussmann pour acheter de nouvelles chaussures, vous descendrez au sous-sol en empruntant l’escalator ou le petit escalier hélicoïdal qui se trouve au milieu de la maroquinerie.

Or, sur ledit escalier, tout autour de la rampe, on peut lire la mention suivante : « chaussures & souliers ».

Jusqu’alors, je pensais que les deux mots signifiaient, peu ou prou, la même chose. Mais si tel était le cas, pourquoi le grand magasin s’évertuerait-il à faire le distinguo ?

Comme il est d’usage dans ces moments de détresse linguistique, reposons-nous sur ce que nous dit le dictionnaire.

Lire la suite

Rebelle à la pelle

Après Jean-Luc Mélenchon, ex-candidat à l’élection présidentielle, c’est au tour de Smart de jouer avec les mots « belle » et « rebelle » à travers le procédé stylistique de la personnification (attribution de caractéristiques humaines à une chose).

 

Or, malgré leur apparente racine commune, ces deux adjectifs issus du latin ont historiquement des sens opposés.

Belle est dérivé de bonus qui veut dire « bon » alors que Rebelle vient de bellum et signifie « qui recommence la guerre ».

Lire la suite

HyperbOléo

Prodigieuse, divine, magnifiante, fabuleuse, merveilleuse, miraculeuse, sublime et extraordinaire…

Eh non, il ne s’agit pas de moi (quoi que!), mais des huiles sèches de beauté qui connaissent depuis quelques années un vrais succès. Et pour se distinguer sur le marché de l’oléo-cosméto, les marques rivalisent d’imagination. C’est à celle qui trouvera le nom le plus dithyrambique pour distinguer son produit.

Résultat : une avalanche d’hyperboles* vides de sens et qui se ressemblent toutes ! Surtout quand L’Oréal et Vichy sortent en même temps une « huile extraordinaire » qui n’a plus rien d’extraordinaire du tout !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

* L’hyperbole est une figure de style consistant à exagérer l’expression de sa pensée.

C’est pas un peu tiré par les cheveux?

Les enseignes de nos coiffeurs parisiens fourmillent de petits calembours en franglais. Florilège.

40 rue Marbeuf 8e

41 rue de Lappe 11e

18 rue Henry Monnier 9e

Route Auray 56870 Larmor-Baden (Morbihan)

Quant au salon SOLID’HAIRde Bruxelles, il n’a pas jugé utile de faire apparaître son nom sur la devanture (allez savoir pourquoi!):

Rue Léon Lepage 6 1000 Bruxelles

Bon d’accord, je suis un peu injuste. Il y a tout de même un effort de recherche de la part de ces petits coiffeurs. Et puis ça change des grandes enseignes qui se sont contentées d’utiliser le nom de leur fondateur, sans savoir qu’ils portaient tous un prénom composé: Jean-Louis, Jean-Claude, Jean-Marc…et Jean-Passe !

Calembour mon amour

L’année dernière, Monoprix nous avait étonnés (parfois dérangés) avec son « Réveillon nous », qui a fait l’objet d’un précédent billet. Ce Noël, l’enseigne de distrib-chic remet ça avec une déclinaison de différents messages « à calembours ».

Au menu, méli-mélo d’homophones français/anglais. Dans « Noël annonce la couleur », il faut sûrement sous-entendre « cool heure ». Idem pour la petite robe « très hot », qui n’est pas sans rappeller celle que porte la mère Noël. Mention spéciale à « bûche bée » et « sans foie ni oie », vraiment bien trouvés, et sans ambiguité orthographique (ouf!). C’est quand même plus audacieux que le « Jamais un sans deux » que Monop nous avait proposé à l’automne.

Lire la suite