Ces marques qui ont l’air latines… mais qui ne le sont pas !

cadum
Un précédent billet faisait l’inventaire des marques aux noms latins ou dérivés du latin. Et elles étaient nombreuses ! Pour autant, il ne faudrait pas tomber dans l’excès inverse et croire que tous les mots finissant en -us ou en -ex sont issus de la langue de Cicéron. Il était donc indispensable de dresser la liste des faux amis, c’est-à-dire de ces marques qui ont tout l’air d’être latines, mais qui ne le sont pas !

1- Les mots-valises

La plupart des marques qui « font latines » sont en réalité des mots-valises formés à partir des premières lettres ou syllabes d’au moins deux mots : Ainsi, SPONTEX est la contraction des mots « spongieux » et « textile » ; TAMPAX, celle de « tampon » et « pack », à laquelle on a ajouté un « x ».

Lire la suite sur le blog de Projet Voltaire 

Publicités

À trancher une bonne fois pour toutes : « au temps pour moi ! »

Pourquoi l’expression « au temps pour moi » est-elle si souvent travestie en « autant pour moi » ? Il suffit pourtant de se référer à l’origine de l’expression pour en connaître le sens, et donc l’orthographe : « au temps ». Pourtant les « autant » emportent, non pas le vent, mais une adhésion de plus en plus forte. Au point de diviser des familles entières lors du déjeuner dominical. Entre la poire et le fromage, tranchons cette querelle une bonne fois pour toutes !

Commençons par faire les présentations. « Au temps pour moi ! » est ce qu’on appelle une phrase averbale, c’est-à-dire qu’elle ne contient pas de verbe. Les phrases averbales sont fréquentes dans les interrogations et les exclamations, et pas seulement dans la langue parlée.

Lire la suite sur le blog de Projet Voltaire 

Ces marques aux noms latins ou inspirés du latin

À l’heure où l’enseignement du latin à l’école est menacé, il est bon de rappeler à quel point cette langue « morte » (sur)vit à nos côtés. Rappelons que 80 % de notre vocabulaire a une origine latine. Mieux, nous employons couramment de nombreux mots et expressions en latin. Mais ce n’est pas tout ! Bon nombre de marques de produits ou de services que nous utilisons au quotidien portent des noms latins ou fortement inspirés du latin. Voici la liste de ceux que nous lisons et que nous prononçons à chaque étape de notre journée.nivea-creme-300x217

1 – Se préparer

Pour vous laver, vous utilisez peut-être un gel douche de la marque SANEX (sanus, « sain »), puis vous enduisez votre corps de crème hydratante NIVEA (nix, nivis, « neige »). Vous terminez votre rituel de toilette en vous brossant les dents avec du dentifrice aux plantes de chez VADEMECUM (vade mecum, « va avec moi »).

Lire la suite sur le blog de Projet Voltaire 

Du Bellay, Verlaine, Aragon : de la poésie à la chanson

À l’occasion de la JournéeGainsbourg_Verlaine-300x244 internationale de la femme, une célèbre maxime, « La femme est l’avenir de l’homme », a circulé sur les réseaux sociaux. Celle-ci reprend, en inversant l’ordre des mots, le vers du poète Louis Aragon « L’avenir de l’homme est la femme » tiré de son recueil Le Fou d’Elsa (1963). Pourquoi avons-nous retenu la formule remaniée plutôt que le vers authentique ? C’est à Jean Ferrat, qui a utilisé la citation dans une de ses chansons, qu’il faudrait poser la question ! D’autres compositeurs et interprètes ont ouvert leur répertoire à la poésie. Voici quelques exemples de couples « chanteur – poète », pour le plus grand plaisir de nos yeux et de nos oreilles.

Lire la suite sur le blog de Projet Voltaire 

Communiqué : sortie de mon livre « 99 dessins pour ne plus faire de fautes »

couv 3D«Cession» ou «session»? «Filtre» ou «philtre»? «Pause» ou «pose»? «Ballade» ou «balade»? Et où mettre l’accent sur «chômage» et «diplôme»? La langue française regorge de pièges dans lesquels nous tombons quotidiennement. 

Sandrine Campese a donc imaginé une méthode simple et inédite : rendre les règles orthographiques… graphiques !

Voici 99 dessins efficaces qu’il vous suffit de mémoriser pour ne plus jamais faire la faute. Chaque dessin est accompagné d’un texte clair qui rappelle les règles de base, revient sur l’étymologie et n’oublie pas de signaler les fameuses exceptions.

« Un guide pratique épatant, 100 % inédit et diablement efficace »

Avec le soutien du logo-projet-voltaire

Spécialiste de la langue française, Sandrine Campese est notamment l’auteure d’Orthotweet.