Ohé, du bateau ! Mode d’emploi des interjections en « h »

Ah ou ha ? Eh ou  ? Oh ou ho ? En ancien français, c’était plus simple : ces interjections he_ho_7_nainss’écrivaient « a », « e » et « ô » ! Aujourd’hui, on ne sait pas toujours quelle forme employer. Popularisées par les grands auteurs du théâtre classique comme Molière, Racine ou Corneille, elles ont chacune leur subtilité et ne sauraient être confondues. Pour ne plus se tromper, il suffit de suivre le mode d’emploi !

Commençons par la première lettre de l’alphabet : l’interjection « ah » marque toujours un sentiment vif, qu’il s’agisse de plaisir, de douleur, d’admiration ou d’impatience. Exemple : « Ah ! fâcheuses nouvelles pour un cœur amoureux ! » (Molière, Les Fourberies de Scapin).

Lire la suite sur le blog du Projet Voltaire 

Quinze mots latins que nous employons tous les jours (ou presque)

Nul besoin d’avoir étudié le latin àMur_inscription_latin l’école ou d’être spécialiste de la Rome antique, ni même du romantisme d’ailleurs, pour parler latin. Un certain nombre de mots que nous employons régulièrement sont des termes latins qui sont passés tels quels dans notre vocabulaire. Sans toujours en être conscients, nous parlons latin en famille, entre amis, au bureau… Voici la liste (non exhaustive) des principaux mots latins dont nous nous servons, et qui sont autant d’hommages à la langue de Cicéron.

1 – agenda. Dérivé du verbe latin agere, qui a donné « agir », l’agenda était, au Moyen Âge, le registre des offices du jour. En créant l’agenda « dans le nuage » (cloud), nous n’avons fait que renouer avec son origine divine !

Lire la suite sur le blog du Projet Voltaire 

La magie de l’haplologie

Asterix_banquet_combat_des_chefsQuel est le point commun entre les mots suivants : « Clermont-Ferrand », « tragi-comique » et « contrôle » ? À première vue, aucun ! Le premier est un nom propre, le deuxième un adjectif et le dernier un nom commun. Il est question d’une ville du centre de la France, d’un genre théâtral et du synonyme de « vérification ». Et pourtant, ces mots ont la particularité d’être formés de la même manière, grâce à un procédé nommé haplologie. « Hapolo », quoi ? Explications.

L’haplologie, kézako ?

Derrière cette appellation barbare se cache un tour de magie qui fait disparaître les lettres d’un mot. Vous n’y croyez pas ? Jugez plutôt :

– Clermont-Ferrand est l’haplologie de Clermont-Monferrand.

Lire la suite sur le blog du Projet Voltaire 

Trucs & astuces pour retenir le genre des noms

Un échappatoire ou une échamasculin-femininppatoire ? Un obélisque ou une obélisque ? Un aromate ou une aromate ? Le genre de certains noms de la langue française est aussi énigmatique que le sexe des anges ! Masculins ? Féminins ? Pour se décider, il est possible de s’aider en pensant à d’autres mots dont la forme est proche ou qui ont la même origine. Voici des moyens mnémotechniques, qui, par association d’idées, ou en tout cas de sonorités, permettent de retenir le genre de quelques noms qui nous mènent la vie dure !

Les féminins

Honneur aux dames ! Sont de genre féminin les noms suivants :

– une hécatombe, car on dit « une tombe » ;

Lire la suite sur le blog du Projet Voltaire