Le mot juste : « résolution » en 3 leçons

La nouvelle année est presque là, et comme le veut la tradition, c’est le moment de prendre de bonnes résolutions. Sans surprise, celles-ci concernent trois domaines : la santé (arrêter de fumer, se remettre au sport, commencer un régime…), les relations (appeler plus souvent ses parents, voir davantage ses amis, passer moins de temps sur Facebook…) et l’argent (demander une augmentation, mettre de l’argent de côté, faire ses comptes…). Avant de dresser notre liste, intéressons-nous au nom « résolution ». Comment est-on passé de l’idée de dissolution à celle de décision ? De la médecine à la politique ? Du droit aux mathématiques ? Un mot qui nous motive puis nous culpabilise autant méritait bien un petit hommage !

1/ Résolution = dissolution

Terme technique, « résolution » a d’abord désigné l’action de se dissoudre, de se désagréger. On parle notamment de la résolution de la neige en eau.

Lire la suite sur le blog du Projet Voltaire 

Publicités

5 choses essentielles à savoir sur le mot « Noël »

« Qboules-de-Noëluel jour tombe Noël ? »« Pour ou contre les crèches de Noël ? »« Je n’ai toujours pas acheté de sapin de Noël », « Qu’elles sont belles, les illuminations de Noël ! », « As-tu fini tes cadeaux de Noël ? »« Mon menu de Noël : une dinde aux marrons »… Ces temps-ci, nous n’avons que « Noël » à la bouche. Mais que savons-nous vraiment sur le mot préféré des enfants ? Voici cinq anecdotes à connaître absolument pour briller lors du réveillon !

  • Joie. Aux XIVe et XVe siècles, « Noël ! » était le cri de réjouissance que poussait le peuple pour saluer un événement heureux, par exemple la naissance d’un héritier du trône ou l’arrivée d’un grand personnage.

Lire la suite sur le blog du Projet Voltaire 

La majuscule, tout un art !

Pourquoi utiliser des majLa Jocondeuscules, c’est-à-dire des lettres plus grandes, en début de mot ? Pour distinguer, par exemple, un état grippal d’un État fédéral, l’océan Pacifique d’un océan pacifique, c’est-à-dire calme et paisible. De même, il est plus agréable d’arriver à la Réunion qu’en réunion ! Loin d’être un détail, la majuscule est indispensable pour éclairer le sens d’un mot et son oubli constitue une faute. Si les exemples cités vous sont familiers, plus épineux sont les cas où les majuscules entrent dans la composition du titre d’une œuvre.

Les titres d’œuvres commencent tous par une majuscule. La question est de savoir si les autres mots qui les composent en prennent une aussi. Voici les cinq principales règles à connaître :

Lire la suite sur le blog du Projet Voltaire

Le sens caché des mots (ou langue des oiseaux)

« Un mot est hanté par tousalchimiste_langue des oiseaux les mots qui lui ressemblent »nous dit le poète Michel Butor. En jouant sur l’homophonie, c’est-à-dire les mêmes sonorités, on peut faire dire aux mots bien plus qu’ils ne signifient. Leur sens caché peut amplifier leur sens premier, ou au contraire, s’y opposer. Cette pratique ancienne, très prisée des alchimistes, est connue sous le nom de « langue des oiseaux ». En voici quelques exemples.

Commençons par tumeur, qui est l’un des plus troublants. À l’oral, on entend « tu meurs ». Or, il est malheureusement fréquent qu’une tumeur maligne, c’est-à-dire cancérigène, entraîne la mort. Ces deux expressions entretiennent-elles un rapport étymologique ? Pas le moins du monde ! Le nom « tumeur » vient du latin tumor qui signifie « enflure, gonflement », la tumeur étant caractérisée par le développement anormal de cellules dans le corps humain. Quant au verbe « mourir », il découle du latin morire.

Lire la suite sur le blog du Projet Voltaire