Les « inex » sans kleenex !

Inexpugnable, inextinguible, inexorable, inextricable, inexpiable : cinq adjectifs à l’allure rebutante, mais à la signification plutôt simple pour qui sait les apprivoiser.

Car ces « inex » ne sont pas des marrants. Composés des préfixes in- (négation) et ex- (hors), ils expriment tous une forme d’échec, d’impuissance ou de fatalité.

Heureusement, avec cette petite mise au point, vous n’aurez plus peur de vous mesurer à eux, d’en saisir le sens exact, et de les employer à bon escient.

_____

Ce qu’on ne peut assaillir, qui résiste à toutes les attaques, est… INEXPUGNABLE

Étymologie : latin in + expugnare, « prendre par la force ».

Synonyme : imprenable.

Exemple : « C’est l’inexpugnable arrogance de votre beauté qui m’asperge » (Jean Dujardin, OSS 117).

Lire la suite

Des fautes à ne pas… relayer !

Dernièrement, je suis tombée nez à nez avec des affiches publicitaires invitant les lecteurs à se rendre chez Relay, ce magasin de presse et de livres que l’on trouve dans les lieux de transport (gare, aéroport, métro).

Tout commençait plutôt bien avec la première affiche…

IMG_4723

« Monsieur » y est abrégé en « M. » (comme c’est la norme en France depuis le début du XXesiècle) et non « Mr. » qui est au mieux un archaïsme, au pire un anglicisme (à moins que ce ne soit l’inverse ?).

Mais quelle ne fut pas ma déception en découvrant la version féminine…

Lire la suite

« Limogeage »: histoire d’un nom propre devenu commun

L’info a fait la une de l’actualité la semaine dernière. Delphine Batho, ministre de l’Écologie, du Développement  durable et de l’Énergie, a été limogée du gouvernement.

533457-l-ancienne-ministre-de-l-ecologie-delphine-batho-le-3-juillet-2013-sur-le-parvis-du-ministere-de-l-e

« Limoger » : le verbe fait spontanément penser à la ville de Limoges.
Existe-t-il un lien entre les deux ?
Évidemment !

Au début de la Première Guerre mondiale, le généralissime Joseph Joffre décide de se débarrasser de certainsJoseph_Joffre officiers d’état-major. Il les expédie illico à… Limoges.

C’est donc en 1916 que le « limogeage » entre dans l’argot de l’administration militaire avant de se répandre dans le vocabulaire courant.

Aujourd’hui, « limoger » signifie « destituer quelqu’un de ses fonctions, le renvoyer ».

À noter qu’il s’emploie généralement pour des personnes occupant un poste élevé.

Attention cependant à ne pas croire que tous les mots qui font penser à un nom de lieu (toponyme) dérivent de ce nom, comme dans cette histoire drôle que m’a racontée mon beau-père :

Lire la suite

« Para » : un préfixe pas comme les autres

Une racine à laquelle s’ajoute un préfixe ou un suffixe (voire les deux pour les plus chanceux), c’est ainsi que se forment la plupart des mots que nous utilisons. Certains sont si ancrés dans notre langage quotidien que nous n’avons pas le réflexe de les décomposer, alors qu’ils ont tant de choses à nous apprendre !

Prenons, par exemple, le préfixe « para- ». Selon le mot devant lequel il se place, il ne signifie pas la même chose. En effet, il n’y a pas un mais deux « para- », avec une origine et un sens bien déterminés.

personnage grec dans asterix

Le premier « para- » vient du grec para. À l’origine, il veut dire « contraire à ». Mais depuis qu’il est entré dans le vocabulaire médical et biologique, il signifie aussi « à côté de ».

Le « para- » grec sert surtout à former des mots savants ou techniques comme :

Paranoïa = para- + noia (de noos, « esprit, intelligence »), littéralement « contraire à l’entendement », d’où « folie ».

Paradoxe : para- + doxa, « opinion », littéralement : « opinion contraire à l’opinion commune »

Parapharmacie : para- + pharmacie, « ensemble des produits non médicamenteux vendus en pharmacie ».

Paranormal : para- + normal, « caractère de ce qui se situe en marge de la normalité ».

Lire la suite