Ô bel astérisque !

– Regarde ! Pour un produit acheté, le troisième est offert…

– Attends, y’a un astérix !

Lorsqu’en 1959, Goscinny – avec la complicité d’Uderzo – baptisa « Astérix » le héros de sa nouvelle bande dessinée, il n’avait pas songé que ce nom deviendrait populaire au point d’être confondu avec le mot dont il était issu : l’astérisque.

Difficile, quand on a appris le nom du guerrier gaulois avant même de soupçonner l’existence du signe typographique, de ne pas s’emmêler les pinceaux une fois arrivé à l’âge adulte. De plus, si l’on se prive de bien articuler le mot « astérisque », on bascule inévitablement vers « astérix ». Faites-le test en le répétant très vite.

Qu’elle soit due à une ignorance fautive, à un lapsus nostalgique ou à une prononciation paresseuse, cette « faute » est l’occasion d’en savoir un peu plus sur les noms des irréductibles Gaulois…

Lire la suite

RIP, Soulier !

Si vous vous rendez aux Galeries Layette boulevard Haussmann pour acheter de nouvelles chaussures, vous descendrez au sous-sol en empruntant l’escalator ou le petit escalier hélicoïdal qui se trouve au milieu de la maroquinerie.

Or, sur ledit escalier, tout autour de la rampe, on peut lire la mention suivante : « chaussures & souliers ».

Jusqu’alors, je pensais que les deux mots signifiaient, peu ou prou, la même chose. Mais si tel était le cas, pourquoi le grand magasin s’évertuerait-il à faire le distinguo ?

Comme il est d’usage dans ces moments de détresse linguistique, reposons-nous sur ce que nous dit le dictionnaire.

Lire la suite

Porte-à-faux

Cogeferm est une entreprise « d’aménagement et entretien technique du bâtiment pour les serruriers, métalliers, menuisiers, entreprises générales ».

Or, depuis sa création en 1978, ce professionnel de la porte n’arrive pas à savoir s’il doit l’ouvrir ou la fermer (la porte).

Dans les faits, il fait un peu les deux, ce qui donne une association marque/signature + slogan plutôt saugrenue :

Lire la suite