Pourquoi les féministes se prennent la tête sur l’épithète

Nous sommes en 2012, dans le pays des droits de l’homme et de la femme. L’égalité entre les sexes étant enfin acquise, les féministes s’ennuient ferme. L’une d’entre elles a alors l’idée de sortir un vieux dossier (je pèse mes mots) appelé « règle de proximité ». Et d’ajouter, devant l’assistance médusée : « désormais l’adjectif s’accordera avec le nom le plus proche » !

Ironie mise à part, cette scène est bien réelle. Des associations féministes ont décidé de faire de ce point de grammaire leur nouvelle croisade égalitaire-à-terre. Au point de faire circuler une pétition et d’aller manifester le 6 mars prochain.

Une nouvelle contradiction

Ce n’est pas la première fois que les féministes se mêlent de la langue, qu’elles ont déjà bien pendue. Tout a commencé dans les années 80, avec la féminisation systématique des noms de métiers, donnant lieu, pardonnez l’oxymore, à de belles atrocités, telles que « professeure », « doctoresse » ou « préfète », non encore totalement tranchées.

Or, en la matière, le mieux est souvent l’ennemi du bien. Préférée à « mairesse », « la maire » entraîne, à l’oral, une confusion avec « la mère », renvoyant illico l’édile à sa destinée biologique. À fortiori si c’est la maire de Longjumeau ! Plus récemment, Roselyne Bachelot a préconisé la suppression de la case « Mademoiselle » sur les documents administratifs. Une « discrimination » qui fait pourtant l’affaire de plus d’une femme, flattée qu’en société, on lui donne du « Mademoiselle » quand elle est déjà « Madame » !

Quant à la règle d’accord dont il est question ici, elle remonte au Moyen Âge, période, comme chacun sait, particulièrement propice à l’épanouissement des femmes…

Une règle source de confusion

Venons-en au fait. Aujourd’hui l’adjectif, qu’il soit épithète ou attribut, s’accorde en genre et en nombre avec le nom auquel il se rapporte. Lorsque plusieurs noms sont coordonnés, l’adjectif se met au pluriel, mais il faut distinguer deux cas : si les noms sont de même genre, il prend ce genre ; si les noms sont de genres différents, il se met au masculin. Suivant cette règle, on écrit « les hommes et les femmes sont beaux ».

Or, ce qui peut paraître choquant, surtout à l’oreille, c’est que le nom féminin soit dans le voisinage immédiat de l’adjectif accordé au masculin-pluriel. Ça sonne faux. Alors, plutôt que de choisir le raccourci qui consiste à inverser le sens des termes, « les femmes et les hommes sont beaux », certaines préfèrent prendre la machine à remonter le temps.

Cette règle qui, je vous le disais, est issue du Moyen Âge, a connu son heure de gloire aux XVIIe et XVIIIe (ça ne nous rajeunit toujours pas !), grâce à des auteurs classiques comme Jean Racine. On lui doit le fameux vers, tiré de son œuvre Athalie, « Consacrer trois jours et trois nuits entières ». C’est oublier bien vite que le poète a avant tout cherché à faire rimer le mot « entières » avec « prières » situé au précédent vers. En effet, l’art autorise, encourage même, ce genre de libertés.

Il n’en est pas de même pour le langage du commun des mortels. Dire, comme le revendiquent les féministes, « les hommes et les femmes sont belles » est source de confusions. Et ce, dans une tendance générale à l’approximation du langage qui favorise les malentendus !

Comment distinguer les cas où l’adjectif ne concerne qu’un seul des noms ? L’énoncé « il a mis ses gants et ses chaussettes vertes », signifie-t-il que, tout comme ses chaussettes, ses gants sont verts ? Ou bien que ses chaussettes sont vertes mais que la couleur de ses gants n’est pas précisée ?

Enfin, je doute que la démarche rencontre un franc succès auprès des hommes. Si je dis, familièrement, qu’Alfred et Sandrine sont « copines », je risque fort de blesser Alfred dans son ego de mâle et qu’il finisse par ne plus être mon copain du tout (heureusement, je ne connais pas d’Alfred).

Une grave erreur d’interprétation

En plus de ces incohérences grammaticales, les féministes font une grave erreur d’interprétation : elles confondent genre et sexe. En grammaire, le genre masculin est au nom ce que l’infinitif est au verbe. Autrement dit, une forme indifférenciée, non marquée, qui est à rapprocher, en ce sens, du neutre latin.

Cette neutralité dite extensive justifie, notamment, que les adjectifs féminins se forment à partir du masculin. D’une manière plus générale, on lui doit la règle selon laquelle le « masculin l’emporte sur le féminin », et que les féministes interprètent, à tort, comme « l’homme l’emporte sur la femme ».

Si je vais au pressing et qu’on me dit : « votre tailleur et votre cravate sont prêts », j’ai affaire à des choses inanimées, et encore moins sexuées. Pourtant l’accord se fait au masculin pluriel. D’autant que dans cet exemple, les pistes sont brouillées. « Tailleur » est le nom masculin pour désigner un vêtement pour femme tandis que « la cravate » est portée par les hommes… Que faire dans ce cas ?

Allons plus loin. Prenez le mot « personne ». Ce nom féminin, qui s’utilise à propos d’un être humain (une personne) est devenu un pronom indéfini masculin qui ne désigne plus rien du tout (il n’y a personne) ! Autre exemple, le pronom indéfini « on », dont on dit volontiers qu’il est un con, signifiait, à l’origine, « homme » !

Après cela, est-on encore en droit de se plaindre, brandissant Bescherelle et Grevisse, que la condition masculine est plus enviable que la nôtre ?

Retrouvez cet article sur Le Plus / Nouvel Obs

Publicités

Une réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :